Accueil Planet Metal

Nightshade - The Beginning of Eradication
The Beginning of Eradication
Deathcore
Durée : 28:07
Année : 2008
Label : Rising Records
CHRONIQUE DE L'ALBUM

Nightshade est un groupe de jeunes loups Bretons qui s'engouffrent dans le registre du Deathcore , eux-aussi. Avec un buzz important autour du groupe et étant curieux, je me suis donc pointé sur leur myspace et sur le site du label ( la page d'acceuil fait d'ailleurs buzzé mon antivirus AVAST ). J'ai donc zappé mon surf sur cette page et foutu le skeud dans mon avale-disque, ça fera amplement l'affaire.

"The beginning of eradication" est un condensé en 11 titres de metal Moderne avec bien entendu le gros son qui poutre qui va avec et les grosses voix : growls, gruiks, Gnok-Gnok ( vient de l'inventer celui-là). On a aussi la voix du Coreux véner, style goblin maladif dans un champ de bataille et qui crit famine : "A bouffé, à bouffé" !!! L'intro et la fin au piano, bien que pas faramineuses, ont le mérite de changer par rapport aux reste des sorties. Et le milieu, prenez un brin de Dying Fetus, Benighted (Ca s'en rapproche un peu) et une bonne dose d'At The gates, version "Slaughter of the soul" pour la musique et le tour est joué. Bigrement éfficace, avec là encore un son de batterie trop triggée à mon goût malheureusement, mais une très bonne exécution des morceaux, un bon dosage du chant Death/Hardcore et de bons plans techniques qui font de cette prod, un album de Deathcore un peu à part, voire au dessus du lot. En plus ils évitent les écueuils du chant clair, insipide et mièvre pour deux sous la plupart du temps, donc c'est parfait.

Bon, il est clair que ce ne sera jamais pour moi un album ultime ou "le nouvel espoir du Death Français" mais ça se laisse écouter et le travail fourni par le groupe pour faire péter la sauce est quand même à noter...

Quoi ? La note ? bon allez ... 14/20 parce que ils sont bien méchants quand ils veulent. ( Historique : je viens de mettre une note, là ... se dirige vers le garage ... prend une corde ... se pend au néon. Et merdeuuuuuuuu, ça à casser, va falloir que je m'épile les bouts de verre de la gueule ! )

Chroniqueur : Trashercorpse