Accueil Planet Metal

Nailed - Hatred, Failure and The extinction of mankind
Hatred, Failure and The extinction of mankind
Death Metal
Durée : 30:15
Année : 2008
Label : Anticulture
CHRONIQUE DE L'ALBUM

On peut pas dire que NAILED soit le genre de groupe à prendre le thé à 4h même en venant d'un coin aussi mignon que le West yorkshire en Angleterre. Ces gars là serait plutot du genre à te l'injecter en intra-veineuse, histoire de te faire palpiter direct le coeur et cramer ton cerveau. Et leur musique aussi s'ils pouvaient, il te la ferait passer par des moyens peu catholiques, mais déjà par les oreilles, c'est amplement suffisant...

Car le groupe nous propose ici une substance assez mortelle et rarement trouvable de l'autre côté de la manche : un sacré moment de pur death old-school qui t'arrache bien les cervicales. C'est très influencé Death US, on y retrouve du bon Morbid, du Vomitory ou encore du Deicide : rien de bien original ou qui n'ai déjà été fait en la matière et pourtant le feeling du groupe fait mouche, avec des breaks bien placés, un batteur qui ne fait pas que tapé comme un abruti à 300 à l'heure et sur une batterie au son plutôt bon ( ça sonne très naturel ) mais surtout des solis de gratte sympas qui jalonnent ici et là les titres. Le chant est correct, bien que là aussi très classique, avec un duo basse/chant et guitare/chant qui permet de rajouter un peu plus de piquant à la sauce.

Une petite touche Thrash et quelques petits plans mélodiques voire psychédéliques transpirent parfois de leur musique assez dégoulinante et il est quand même agréable de pouvoir dire qu'il n'y aucun "Core" machin chose ou "Swedish" mes couilles de Gutenberg dans tout ça. La production assurée par un gars qui a aussi bossé avec NAPALM DEATH, offre un bon son, sans être sur-produit en envoyant quand même bien le pâté en croute dans la tronche. Bref, sortez vos théières, les seringues, les petits gateaux et passez après sur leur Space, le boulot fait par ces mecs est tout simplement bon et en toute modestie en plus, contrairement à nos franchouillard de Nightshade, chroniqués récemment, par exemple.

Chroniqueur : Trashercorpse