Accueil Planet Metal

Fleshgod Apocalypse - Oracles
Oracles
Brutal Death Technique
Durée : 37:45
Année : 2009
Label : Candlelight records
CHRONIQUE DE L'ALBUM

L'italie a décidemment des groupes à nous retourner la tête à l'envers ! Repensez à Natron par exemple, groupe sous-estimé de tout temps mais qui avoinait sec !!! Fleshgod Apocalypse est de cette trempe là. Et pourtant le groupe s'est formé assez récemment, nous balançant seulement une démo et un split 4 titres. Et voilà que les gars débarquent tranquilou avec des passages de classique, opérette et autres joyeusetés qu'ils assassinent allègrement à coup de blasts et de chant rageur non stop !!! Une brutalité et une technique omniprésente de haut-vol : cryptopsy ou dying fetus n'ont qu'à bien se tenir car là c'est du rouleau compresseur et du riff/soli torturé, il y en a des pelletées de bulldozer.

Le guitariste / chanteur, Francesco Paoli, y est aussi pour quelque chose : celui-ci officiant dans Hour of Penance à ses heures perdues. Mais si l'on devait cette bombe thermo-nucléaire qu'à ce bonhomme, celà ne serait pas juste ! Leur batteur, Francesco Struglia, est une pure machine bien rodée, celui-ci sévissant dans une tripotée de groupes plutôt sulfureux. Certes, des groupes de brutal death technique, à notre époque, y en a plein qui cartonnent ? Ouais c'est clair mais figurez-vous que les gars y ont mis leur malignes intentions avec des touches "classiques" qui s'intègrent plutôt bien dans l'ensemble pour donner une oeuvre magistrale : bordel, du piano ou des passages orchestraux dans un fuckin skeud de Death, ca faisait un petit moment que j'avais pas entendu ça !

Pas besoin de tergiverser trois plombes, cet "oracles" est un pur joyau de brutalité, même si certains trouveront toujours à dire qu'ils en font trop, vraiment trop ou que le classique, c'est de la merde ! Gardez un oeil sur ces types, car un jour peut-être, ils viendront y cogner dedans en disant gentiment : "hey batard, alors, tu la veux comment ta baffe ?" Ca promet du très lourd en Live.

Chroniqueur : Trashercorpse