Accueil Planet Metal

Temple of Baal - Lightslaying Rituals
Lightslaying Rituals
Black Metal
Durée : 40:16
Année : 2009
Label : Agonia Records
CHRONIQUE DE L'ALBUM

Temple of Baal est un des fers de lance du blak metal français, c'est indéniable, grâce à des albums plus ou moins sombres, une musique toujours aussi explicite, un son très cradingue et des covers blasphématoires dans la pure tradition en noir et blanc. Avec maintenant une bonne discographie et quelques splits, le groupe s'est trouvé un allié de taille en la présence d'Agonia Records pour la sortie de "Lightslaying Rituals".

Le crû 2009 est plus colorée, plus "rouge sang" je dirais. "Out" les pochettes N/B, on passe de différent, un design en couleur, blanc,rouge et noir. Temple of Baal aurait-il mit de l'eau dans son vin de messe noire ? Je n'irais pas jusque là mais il faut bien avouer que nous avons là une mutation musicale et sonore qui surprend, dans le bon sens du terme. Sorti du Hybreed Studios par Andrew Guillotin, le son plus lourd et gras, moins crade que par le passé, nous indique que le groupe veut nous en foutre plein les esgourdes. Une puissance sonore au service de compositions toujours aussi occultes mais qui ont elles aussi reçues un bon lifting. On sent bien l'esprit Black Metal dans cet album, le groupe n'ayant en rien renier son identité. Cependant, le groupe nous balance une petite tartine de riffs thrashisants, quelques passages solos ou riffs mélodiques par çi par là et surtout des rythmiques death bien lourdes, limite à la "Bolt thrower", avec une basse vrombissante, sortie tout droit du cachot où elle était enfermée auparavant. Le chant d'Amduscias aussi n'est pas mauvais du tout, bien puissant, que je placerais plus proche du Death que du Black metal. Ces lignes de chant ne sont pas hyper variées dans les timbres de voix, mais collent parfaitement aux compos frénétiques et rapides, faisant ressortir le côté haineux de la musique, par exemple sur l'excellent "Triumph of heretic fire".

"Lightslaying Rituals" porte bien son nom décidement avec ses 9 titres qui sont toutes autant d'incantations au soleil noir, plongeant l'auditeur dans la noiceur. Un album de très bonne qualité, vraiment, qui aura le mérite de plaire autant aux fans de Death que de Black... Il va falloir se préparer à un déluge de sauvagerie avec eux en live, je pense !

Chroniqueur : Trashercorpse