Accueil Planet Metal

Darkened Nocturn Slaughtercult - Saldorian Spell
Saldorian Spell
Black Metal
Durée : 41:24
Année : 2009
Label : War Anthem Records
CHRONIQUE DE L'ALBUM

Darkened nocturn Slaughtercult est un groupe allemand plutôt confidentiel, voire totalement underground pour ceux qui ne suivent pas un minimum la scène black métal des tréfonds des abysses de l'enfer ... Le groupe a déjà pas mal de méfaits à son actif pourtant : "Follows the call for battle" en 2001, "Nocturnal march" en 2004 et "Hora nocturna" en 2006; tous principalement réalisés en autocratie. Une démarche qui colle bien à l'esprit souterrain du groupe mais qui vient d'être un poil chamboulée par les soldats teutons du label War Anthem qui leur procure un enregistrement digne de ce nom au Soundsight studio.

Un bon son ne signifie toutefois pas que le groupe va cracher sur ses fondements, sa vision des choses : "Saldorian Spell" est une ode à tous les chiens de l'enfer qui officient pour donner au black metal ses vrais lettres de noblesse. Il ne faudra pas s'attendre à autre chose que du pur black metal "à l'ancienne", crade, sombre et occulte. 8 titres faisant la part belle à la rapidité et la violence ( le batteur est une bonne machine de guerre, grand adepte de tempos rapides ). Ces compos rappelent la scène nordique avec Immortal, Emperor, Mayhem ou Carpathian Forest avec la particularité que nous avons à la tête de cette entité maléfique une guitariste chanteuse, Onielar : celle-ci dispose d'un bon coffre vocal, un chant écorché comme il faut bien que n'etant pas hyper varié. De ce côté là, ça me fait penser à Adorior avec aussi une chanteuse qui arrache sacrément. On pourrait reprocher à ce déferlement sonore un rendu un peu trop limpide justement pour du true black ( mais bon le promo est non masterisé aussi donc le rendu final ne sera peut être pas identique ). La basse est inexistante, le chant, la batterie et la guitare occupant tout l'espace.

L'ensemble de "Saldorian Spell" reste un brouillard compact et froid, avec quelques passages mélodiques comme sur le dernier titre "the saturnine chapel" qui me rapelle un bon vieux titre de Naer Mataron mais le reste est tranchant, brutal et remplit bien son rôle pour nous faire revenir 10 ans en arrière tres facilement. Difficile de vraiment innover dans ce style, mais ça reste toutefois un très bon choix, un album de qualité avec des ambiances bien glauques, glaciales même par instant, je dirais.

Chroniqueur : Trashercorpse