Accueil Planet Metal

Trauma - Archetype of chaos
Archetype of chaos
Brutal Death
Durée : 45:09
Année : 2009
Label : Witching hour productions
CHRONIQUE DE L'ALBUM

Je connais surtout Trauma via leur album "Imperfect like a god" sortit en 2003. Ouais ça date, le groupe Polonais existant depuis déjà un paquet d'années; leur premier skeud etant sorti en 1996. Le groupe a apparement bien évolué, si je puis-dire, depuis tout ce temps, musicalement et visuellement... Matez les pochettes de leur albums chronologiquement et vous comprendrez. Au début plus death old school classique, le groupe a muté en quelque chose de relativement moderne depuis déjà quelques albums.

"Archetype of chaos" continue dans la lignée en proposant un metal étrange, qui rapelle du vieux mais qui en fait n'en est pas, à cause du son déjà, et de l'ajout de differents solis et éléments pas vraiment death metal comme des riffs plus mélodiques, limite orientaux par moment. Ensuite, on navigue je ne sais où avec cet album, pas vraiment brutal, pas vraiment calme non plus : du brutal mid-tempo en clair, avec une batterie, qui sonne triggée, qui avoine sans vraiment claquer et certaines compos qui rappelent presque du funeral doom death, au niveau du chant, du rythme et des mélodies avec par exemple la conclusion du titre final "Destruction Of The Demented World".

Qui dit moderne dit aussi technicité très souvent, et là, on est servi, sans que le groupe ne s'embarque forcément dans une branlette démonstrative outrancière, et c'est plutôt un bon point. Du côté des points négatifs, et non des moindres : c'est bien joli, bien exécuté, bien produit et pourtant, bordel que c'est linéaire, pas vraiment enthousiasmant, contrairement à ma découverte du groupe... Peut-etre est-ce dû à ce chant qui ne dévie pas d'un iota, gras mais monocorde ou à ce paquet homogène de titres dont on ne saurait extirper plus l'un que l'autre ou encore à cette violence contenue, maitrisée où tout semble prévu à l'avance, et où toute deviance maniaco-sadique dans une boucherie sonore implacable semble proscrite. Bref, je n'ai pas vraiment ressenti le souflle de la Mort dans cet album de Death même s'il est toutefois respectable dans son execution.

Chroniqueur : Trashercorpse