Accueil Planet Metal

Evil One - Militia of Death
Militia of Death
Thrash
Durée : 47:48
Année : 2010
Label : Pervade Productions
CHRONIQUE DE L'ALBUM

Evil One revient cette année avec un "Militia of Death" qui annonce la couleur, faire headbanguer des squadrons de zombies sur une bande-son de la mort, extirpée des caveaux les plus humides du Metal Français...

Français mais pas que ça, le groupe piochant des influences Heavy Speed qu'on pourrait rapprocher de la scène Anglaise ou encore du gros riff Thrash made in Germany. Le groupe a su mixer tout ça savamment pour faire son propre cocktail, plutôt explosif, avec d'entrée de jeu un Militia of Death qui démarre au quart de tour sur un soli et rythmique effrénée : on est directement plongé dans les années 80. On retrouve un bon patchwork musical tant au niveau du chant assez impressionant dans ces changement de timbre vocal qu'au niveau des titres qui proposent à chaque fois quelque chose de différent, une ambiance tantôt proche du heavy, tantôt plus thrash mais avec toujours quelques petits ponts bien sentis, à la basse ou à la guitare comme sur "Straight to hell", dont la mélodie est pas forcément tip-top mais dont le final es vraiment bon avec là encore un solo bien placé.

Pas le temps de se faire chier sur cette galette qui réserve décidémment de bonnes surprises comme la ballade "Memories" en plein milieu, leur petit "InstruMetal", Gerre de Tankard qui vient pousser la chansonette sur "Fast as a Shark", reprise d'Accept et d'autres potes à eux comme Jeff Waters d'Annihilator, Betov d'ADX et Herman Franck d'Accept sur "Suicide Fanatics". Il s'est aussi occupé du mixage pour un son authentique bien loin des traficages outranciers de groupes modernes.

Et quoi de mieux pour finir cette Kro qu'un bon Militia of Beer, cloturant cet album et pour faire pêter les plombs dans une ambiance Tankardesque excellente ! Il y a même une petite surprise en ghost track pour vous. Franchement, pour les fanas de Old School et même les autres, ca vaut le coup de s'y pencher dessus.

Chroniqueur : Trashercorpse