Accueil Planet Metal

Depressive Winter - Nihilum Bellus
Nihilum Bellus
Black Thrash
Durée : 43:00
Année : 2012
Label : Haarbn Productions
CHRONIQUE DE L'ALBUM

Voici enfin le nouvel album de Depressive Winter. Il se faisait attendre ce petit dernier, le précédent album "Llac Edicius" datant de 2006. Il y a eu du changement au niveau du line up entre temps, désormais Profane, initiateur du projet, est accompagné de Naja Atra de Gomory à la batterie. Voilà pour le decor.

Musicalement, il faut aussi s'attendre à quelques changements, vu la différence de temps entre les deux albums, le groupe a pû paufiner ses influences, son jeu. Profane a pris en assurance et n'hésite pas à partir sur des sentiers qu'il n'avait pas visité lors du premier. On garde une base Black Thrash certes, mais l'album est nettement plus "aéré" on va dire. On y retrouve par exemple, trois instrumentaux d'environ deux minutes chacun; deux au début et un vers la fin, qui permettent de faire une sorte de mini pause, c'est pas désagréable du tout, sans fioritures inutiles. Le gros de l'album est donc composé de 5 titres dont une reprise finale du groupe Morgion avec le titre "Canticle"; un titre avec une intro qui fait assez médievale et qui sonne assez oldschool, mais très ambiant avec des passages claviers qui sont fait par Martin de Officium Triste.

J'ai commencé par la fin, je reviens maintenant aux titres principaux à savoir , dans l'ordre : Voices, Abyss, Post mortem celebration, Delicious Sorrow. Voices est surement le titre le plus énergique du cd, idéalement placé après l'intro instrumentale. Il reste quand même pas mal épique, une sorte de cavalcade effrénée, avec des backing vocals d'Agope Yskarioth de Zharhoff. On sent de suite la petite nouveauté de cet album, avec des éléments Heavy et quelques petits solis qui pointent le bout de leur nez ici et là. Abyss est nettement plus lent et lourd, de par son intro plombée, qui pourrait rappeler certains titres des derniers Marduk au niveau du rythme ou dans l'ambiance générale, avec en final une petite perle de solo, bien long et bien mélodique. Post Mortem Celebration est le titre le plus long du cd, avoisinant presque les 10 minutes. Ca reste un titre fleuve mais qui passe très bien, la redite n'etant pas de mise, fort heureusement. Le petit côté Heavy reste toujours présent en fond, sans etre envahissant. Il s'intègre même plutôt bien à la compo, qui se termine de façon plus mélodique. On termine ce tour d'horizon avec Delicious Sorrow, un de mes préférés de l'album. Ce n'est qu'il soit violent, mais là encore Depressive Winter nous place une bonne ambiance guerrière, avec des guitares bien "dans ta face". On y retrouve en guest solo Pascal Lanquetin de Carcariass, groupe que j'affectionne, et dont on reconnait de suite le jeu si particulier !

Pour conclure, cet album a mis du temps à sortir mais ca vaut le coup d'attendre. L'enregistrement a été fait au Dithering-sound Studio avec Tuomas, que l'on retrouve sur "Abyss" en guest. Le cd n'est pas surproduit, surboosté, c'est pas de la "grosse prod" actuelle mais elle colle parfaitement au style Black Thrash et à l'univers de Depressive Winter; ca reste incisif, heavy, accéré quand il faut; avec un son assez clair, loin de la cradeur du "True Black". Voilà, pour ceux qui cherchent à se le procurer, sachez que c'est un label Russe qui s'en occupe, Haarbn Productions.

Chroniqueur : Trashercorpse